Sécheresse oculaire

Sécheresse oculaire, peut-on s’en prémunir ?

Qu’est-ce que la sécheresse oculaire ?

Une fois n’est pas coutume, pas de mots compliqués ou sortis d’on ne sait où. On comprend plus ou moins tout de suite de quoi on parle. La sécheresse oculaire, c’est tout simplement avoir les yeux secs : yeux qui piquent, impression d’être irrité, poussière dans l’œil, voire sensation de brûlure et même larmoiement. Tous ces symptômes pointent en direction de la sécheresse oculaire. Contrairement à ce qu’on pourrait penser, la sécheresse oculaire, ce n’est pas uniquement manquer de larmes.

Les différentes causes de la sécheresse oculaire

Il y a principalement 3 causes à la sécheresse oculaire, et ces dernières peuvent se cumuler.

1. Le déficit de larmes

De manière un peu surprenante, le déficit de larmes n’est pas du tout la première cause de l’œil sec. Il ne représente qu’environ 15% des cas. Il se caractérise par une faiblesse des glandes lacrymales, chargées de sécréter les larmes. Avec l’âge, ces glandes ont tendance à s’atrophier, ce qui a pour conséquence un manque de larmes.

2. Les glandes de Meibomius

Ces glandes ont pour fonction d’éviter l’évaporation des larmes. Pour ce faire, elles sécrètent une sorte de lubrifiant qui va recouvrir la surface de l’œil. Il a pour but de protéger l’œil, mais aussi de limiter l’évaporation du liquide lacrymal. Si ces glandes se mettent à mal fonctionner, alors la couche de lubrifiant deviendra trop fine ou mal répartie. On estime que 50% des sécheresses oculaires ont pour origine un dysfonctionnement des glandes de meibomius.

3. Des causes mixtes

Enfin, les 35% des cas restant, ont pour origine des facteurs multiples. Un déficit de larmes, une couche de lubrifiant insuffisante et des éléments environnementaux vont se combiner et aboutir à une sécheresse oculaire. Parmi les facteurs environnementaux, on peut citer le vent, un air sec, le soleil, la poussière, la fumée de cigarettes etc. Pris individuellement ces causes pourraient ne pas avoir de réelle incidence, mais en s’additionnant, leur impact devient trop important.

Qui touche-t’elle ?

▶ Environ 4 millions de français sont concernés par la sécheresse oculaire.

Nous sommes de plus en plus nombreux à être sujet à cette maladie, principalement à cause du vieillissement de la population, de la pollution et, comme souvent, d’une utilisation excessive des écrans et climatiseurs.

▶ Selon l’Assurance Maladie, nous serions aujourd’hui près de 30% d’adultes à avoir des yeux secs.

Tous égaux ?

L’âge et la consommation de certains médicaments (anxiolytiques, antibiotiques, diurétiques, traitements contre l’acné etc) peuvent conduire à une sécheresse oculaire, ou bien l’aggraver. Le port de lentilles est aussi un facteur aggravant.

Dans l’ensemble les femmes sont plus touchées, et ce pour deux raisons principales :

  • Les hormones : une baisse du taux d’œstrogènes est une cause fréquente d’assèchement des yeux. C’est essentiellement le cas lors de la ménopause.
  • La consommation de certains médicaments : Anxiolytiques et somnifères, plus souvent consommés par les femmes.
    ▶ Plus de la moitié des femmes de 70 ans et plus, consomment régulièrement des antidépresseurs.

Complications possibles

La sécheresse oculaire rend plus sensible aux agressions, et donc aux infections en général.

  • Le chalazion : inflammation de la paupière dû à un mauvais fonctionnement d’une glande de meibomius.
  • La conjonctivite : infection de la partie externe de l’œil, favorisée par la baisse de l’effet protecteur du voile lacrymal des yeux.
  • La kératite : une inflammation de la cornée qui doit être traitée rapidement.

Que faire en cas de sécheresse oculaire ?

Plusieurs collyres, de type larmes artificielles, sont disponibles en pharmacie. Ils sont indispensables, mais malheureusement, leur action ne dure pas. Un massage délicat des paupières permettra non seulement de bien répartir le liquide mais aussi de stimuler les glandes de meibomius. Il existe aussi des gels ou des sprays dont les effets seraient un peu plus durables.

Enfin, il sera peut être nécessaire de faire un point sur les autres traitements en cours, et voir s’il ne serait pas judicieux d’en changer certains. Ceci, bien évidemment, en concertation avec votre médecin.

 

 

Que faire pour l’éviter ?

L’environnement

Maîtriser son environnement permettra non seulement d’éviter la sécheresse oculaire, mais aussi d’améliorer sa vue en général. Si vous êtes en intérieur, un air trop sec, un courant d’air, ou une ventilation peuvent facilement priver vos yeux d’humidité. Pensez éventuellement à investir dans un humidificateur d’air. En extérieur, on conseillera vivement le port de lunettes de soleil pour se protéger des rayons mais aussi du vent. Fuyez aussi la fumée de cigarette !

L’alimentation

Une carence en vitamine A peut être une des causes de sécheresse oculaire. La patate douce, la carotte ou le potiron sont d’excellents pourvoyeurs de provitamines A. La vitamine A en elle-même se trouve surtout dans le foie de veau, de génisse etc. Mais sera le plus souvent prise sous forme de bêtacarotènes en compléments alimentaires.

L’acide gras oméga-3, présent dans les poissons gras ou les graines de lin, aidera dans certains cas à soulager les symptômes de la sécheresse oculaire.

 

Share Button

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Wordpress Social Share Plugin powered by Ultimatelysocial