La luminothérapie, quels sont ses bienfaits ?

La luminothérapie

La luminothérapie, quels sont ses bienfaits ?

A l’origine, vers la fin du XIXème siècle, la lumière du soleil fut utilisée dans le but de stimuler le système immunitaire et de lutter contre les infections. Les premiers résultats étaient très encourageants. Mais plus tard, les progrès de la médecine (les vaccins et la pénicilline en particulier) ont grandement limité l’intérêt de la lumière naturelle dans les soins aux patients. Ce n’est que bien plus tard, en 1984, que des chercheurs ont mis en avant les bienfaits de la lumière naturelle, mais en psychiatrie cette fois ci. C’est à cette époque que la luminothérapie, telle que nous la concevons aujourd’hui, fit ses premiers pas.

La luminothérapie, qu’est-ce que c’est ?

Il s’agit d’une technique consistant à projeter une lumière spécifique sur nos rétines. La mélatonine, une hormone naturellement présente dans notre cerveau, détermine nos périodes de sommeil et d’éveil. Or, la quantité et la nature de la lumière perçue par nos yeux influencera directement sa sécrétion. Les lampes de luminothérapie, capables de produire une lumière blanche à large spectre, vont permettre de réguler le taux de mélatonine, et ainsi stabiliser nos périodes d’endormissement.

La lumière utilisée en luminothérapie

Il s’agit d’une lumière imitant celle du soleil mais sans ultraviolet ni infrarouge. Dans la plupart des cas on recommande une exposition de 20 à 30 min le matin. Cette lumière artificielle, afin de coller au plus près de la lumière du soleil, sera utilisée à une puissance de 10.000 lux et une température de couleur de 4.000 k.

Dans quels cas faire appel à la luminothérapie ?

Les applications de la luminothérapie sont nombreuses et variées. Toutefois les personnes ayant une DMLA, un glaucome, une rétinopathie, une cataracte ou du diabète ne pourront pas l’utiliser.

Les troubles du sommeil

Que ce soient des troubles du sommeil liés à un endormissement précoce, ou au contraire tardif, la luminothérapie permet de « déplacer » l’impression de fatigue. Il suffira pour cela de s’exposer à la lampe à un moment précis. Par exemple à 17 heures pour quelqu’un qui s’endormirait trop tôt ou le matin pour quelqu’un qui aurait des difficultés à s’endormir le soir.

Par extension, cette technique pourra s’utiliser dans d’autres cas, comme le travail de nuit ou les problèmes de décalage horaire lors de voyage. Il faudra alors adapter sa période d’exposition en fonction des périodes où nous devons être éveillés. Par exemple avec une séance le soir avant d’aller travailler pour une personne ayant des horaires de travail décalés.

La dépression

La luminothérapie est principalement utilisée pour traiter les cas de dépression saisonnière, aussi appelée troubles affectifs saisonniers. Il s’agit d’un état dépressif en partie lié à la durée du jour et s’étend le plus souvent de septembre à avril. Elle entre donc parfaitement dans le champ d’action de la luminothérapie.

La luminothérapie s’utilisera aussi pour les cas de dépressions non saisonnières, en complément d’un traitement médicamenteux. Elle permettra une meilleure réactivité au traitement. Dans certains cas on pourra même diminuer le traitement, et ainsi limiter les effets secondaires. L’exposition à la lumière augmente aussi les effets et la durabilité du traitement. Le sentiment de bien-être perdure plus longtemps. La luminothérapie sera aussi d’un grand secours dans les cas de dépressions liées à la grossesse, la prise de médicaments étant très limitée.

Les troubles alimentaires

La boulimie et l’anorexie s’améliorent par une séance matinale de luminothérapie. Ces troubles compulsifs ont une composante saisonnière que l’exposition à la lumière aide à traiter.

Les maladies dégénératives

La lumière aidera à combattre les états de fatigue intense ressentie par les personnes atteintes de sclérose en plaques ou de maladie de Parkinson.

Elle améliorera aussi le sommeil des personnes âgées atteintes de sénilité ou de la maladie d’Alzheimer. Ces dernières causent un dérèglement de l’horloge biologique que la lumière répare.

Comment pratiquer la luminothérapie ?

La luminothérapie chez un professionnel

Certaines cliniques ou médecins spécialisés proposent des séances de luminothérapie. Toutefois, la nature répétitive du traitement le rend peu compatible avec des déplacements chez les praticiens. La plupart du temps ces séances auront lieu en complément d’un autre traitement ou pour des pathologies spécifiques.

Quelle lampe choisir pour un traitement à domicile ?

Du fait de l’aspect quotidien du traitement, il se fera le plus souvent à domicile. De nombreuses lampes sont disponibles à la vente aux particuliers. Les prix vont de 150 à 300€. Il vous faudra une lampe capable de produire une lumière équivalente à 10.000 lux. L’apposition de la mention CE médical est indispensable. Elle confirme que l’appareil répond aux normes de sécurité. La forme dépend de l’utilisation que vous en ferez. Optez pour un type mural pour une exposition pendant le petit déjeuné. Une forme lampe de bureau pour une exposition en travaillant ou en lisant. Évitez en revanche les lunettes, elles sont lourdes et inconfortables. Enfin, choisissez plutôt une lampe à néon. Il existe des lampes à LED, mais la présence de lumière bleue pouvant s’avérer nocive à long terme, elles sont à éviter.

Share Button

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Wordpress Social Share Plugin powered by Ultimatelysocial