Lever les yeux au ciel, pourquoi le faisons-nous ?

Lever les yeux au ciel

Pourquoi lève-t-on les yeux au ciel ?

Lever les yeux au ciel, on le fait tous. C’est le plus souvent sans y penser. On peut classer ce geste dans la catégorie du langage corporel, au même titre que le comportement de nos yeux quand nous mentons. Mais qu’est-ce que ça signifie et pourquoi le fait-on ?

Quel est le sens de lever les yeux au ciel ?

Si votre interlocuteur lève les yeux au ciel, c’est plutôt mauvais signe pour vous. C’est un signe d’agacement, de lassitude. Lever les yeux au ciel, c’est soit implorer de pouvoir en finir avec le sujet, soit désespérer des propos qui sont tenus et prendre sur soi pour ne pas en dire plus qu’on ne voudrait.

Si vous venez de parler à une fille dans l’idée de la draguer et qu’elle fait ce geste, c’est Game Over. Elle vous trouve lourd et se demande sûrement pourquoi ça tombe sur elle.

Si vous demandez pour la 19ème fois à votre fils quand vous aurez droit de devenir grand-mère et qu’il lève les yeux au ciel, ça peut être parce qu’il est las d’essayer d’avoir un enfant et de ne pas réussir, mais c’est plus sûrement que vous l’ennuyez avec vos questions.

Ce n’est pas toujours évident à voir, mais lever les yeux au ciel peut avoir deux significations légèrement différentes. On distinguera une envie de fuir dans un cas et le fait de chercher à conserver son calme dans l’autre. Dans le feu de l’action, on ne se rendra pas toujours compte de cette subtilité, qui pourtant n’implique pas du tout les mêmes sentiments à votre égard.

 

Pourquoi fait-on ça ?

Pour une raison ou une autre, on cherche à fuir une conversation ou une situation qui nous déplait. C’est ce qui explique pourquoi nous quittons volontairement notre vis à vis des yeux pour tourner notre regard ailleurs.

Mais pourquoi au ciel dans ce cas ? Hé bien, parce que nous interrogeons les cieux, nous leur demandons de l’aide. Cette direction prise par notre regard est donc purement sociologique, et non pas dictée par un quelconque mécanisme de notre cerveau. En fonction de notre état d’esprit, nous ne le faisons pas avec la même idée en tête. Lorsque nous voulons fuir, nous demandons à la fatalité « pourquoi moi? ». Mais parfois, c’est pour contenir une colère et nous demandons alors aux cieux de nous aider à ne pas déraper.

Share Button

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Wordpress Social Share Plugin powered by Ultimatelysocial