Une IA peut-elle diagnostiquer les maladies oculaires ?

IA

Une IA pour diagnostiquer les maladies oculaires.

De nos jours, les intelligences artificielles (IA) représentent peut être le plus grand défi de l’homme. Elles sont à la fois sources d’inquiétudes, et à l’origine des espoirs les plus fous. Parmi ces espoirs, il y a bien sûr la médecine, et plus particulièrement le diagnostic. Une des filiales de Google, DeepMind, développe diverses IA. Certaines ont un but purement technologique, visant à tester et améliorer les capacités des intelligences artificielles. C’est le cas, par exemple, des IA qui défient régulièrement des humains aux échecs ou au jeu de Go. D’autres ont un rôle bien plus pratique, comme résoudre des problèmes mathématiques ou poser des diagnostics et suivre l’état de santé des patients.

Une IA pour sonder nos rétines.

Ce n’est pas la première fois qu’on utilise l’intelligence artificielle dans le cadre de la médecine. C’est même de plus en plus courant en ce qui concerne le suivi des patients. Par exemple, certains hôpitaux l’utilisent pour analyser les résultats de prises de sang. Si des valeurs ne sont pas celles attendues ou qu’elles présentent un danger, l’IA déclenchera une alerte. C’est le cas entres autres, pour les insuffisances rénales et les diabétiques. Mais cette fois-ci, il s’agit d’une intelligence artificielle capable de poser un diagnostic, et ça c’est plus surprenant. En effet, elle est capable de détecter les anomalies de nos rétines et d’en tirer un diagnostic précis. En 2016, DeepMind s’est associé avec le plus ancien hôpital ophtalmologique de Grande Bretagne afin de développer une IA capable de sonder nos rétines. Aujourd’hui, les premiers résultats sont très encourageants.

Comment ça marche ?

Cette IA est basée sur un puissant algorithme qui va comparer ce qu’il voit avec ce qu’il connait. Pendant deux ans les chercheurs ont entrainé cet algorithme à reconnaitre des symptômes et à les associer à des pathologies. Pour que ça fonctionne il faut donc « nourrir » une base de données avec un nombre considérable d’informations. Plus il y a d’informations, plus le diagnostic sera précis et plus le risque d’erreur sera faible. Dans le cadre de nos rétines, il s’agit donc de stocker et compiler des milliers de scanners 3D de patients anonymes. Chacun de ces scanners étant accompagné de signes cliniques et des maladies associées. L’algorithme a ainsi appris à analyser ce type de scanner et à en tirer des conclusions.

Que sait-elle faire ?

Aujourd’hui, cette IA est capable de détecter 3 des plus importantes maladies liées à la rétine. Ainsi, elle saura reconnaitre le glaucome, mais aussi la dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA) ou encore la rétinopathie diabétique. En dehors de la cataracte, qui s’attaque au cristallin et non pas à la rétine, vous avez là 3 des principales causes de cécité en France. Et selon les derniers tests réalisés, elle offrirait un taux de précision de 94%, soit autant que les ophtalmologistes humains auxquels l’IA était confrontée. Par ailleurs, contrairement à la plupart des autres IA, celle-ci « explique » son choix. Elle va détailler comment elle est arrivée à une conclusion.

Quel est le but recherché ?

Il n’est pas question ici de remplacer les médecins, mais d’aider et de classer par degré d’urgence. Ce logiciel a pour objectif de réduire les délais entre examens et diagnostics. En effet, le nombre d’examens augmente bien plus vite que les capacités d’analyse humaines dont nous disposons. L’interprétation des données d’imagerie peut prendre du temps, même aux cliniciens chevronnés. Bref, elle propose un gain de temps considérable et donc une prise en charge plus rapide des patients.

Que peut-on en retenir ?

Si le chemin est encore long, les premiers résultats poussent à l’optimisme. L’intérêt de ce type de recherches est d’autant plus important que la population vieillit. En effet, la grande majorité des pathologies rétiniennes sont influencées par l’âge. En d’autres termes, nos besoins sont de plus en plus grands. Par ailleurs, nous connaissons en France une pénurie d’ophtalmologistes et ce type de logiciels pourrait devenir une aide précieuse et suppléer ce manque.

 

Découvrir les différentes cures disponibles

Souvent, il vaut mieux prévenir que guérir, surtout quand on parle des yeux
DÉCOUVREZ DES SOLUTIONS SIMPLE ET EFFICACES

Share Button

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Wordpress Social Share Plugin powered by Ultimatelysocial